home > Particuliers > Le commerce et les déchets >
Quézako

Les activités commerciales et la production de déchets sont souvent liées. Ce que nous consommons génère des déchets qui ne sont parfois pas réutilisés. C’est pourquoi aujourd’hui on parle de plus en plus de passer du mode d’économie linéaire dans laquelle nous sommes vers l’économie circulaire ou tout sera réutilisé, recyclé, revalorisé.


La mondialisation des échanges
La société s’emballe
Et si les déchets n’existaient plus ?


La mondialisation des échanges

Le commerce est l’une des plus vieilles inventions de l’homme. Aujourd’hui, le commerce est international et l’on peut vendre nos productions ou nos savoirs faire quasiment partout dans le monde. Ces échanges, accélérés au cours des derniers siècles grâce au développement des moyens de communication et de transports, sont aujourd’hui mondialisés et mettent directement en concurrence des acteurs économiques qui n’ont pas du tout les mêmes poids. Dans certains pays, les enfants sont obligés de travailler pour vivre au lieu d’aller à l’école quand nous avons du mal à maintenir notre qualité de vie dans les pays occidentaux.


La société s’emballe

La production et la vente de biens suivent un modèle aujourd’hui linéaire : utilisation de matières premières renouvelables ou non, transformation, consommation de biens et production de déchets. Pris dans cette logique de consommation, nous construisons un commerce basé aujourd’hui sur le jetable. Il faut vendre vite, au meilleur prix, des produits ayant une durée de vie limitée, pour en vendre rapidement de nouveaux. Cette logique conduit à la surexploitation de nos ressources naturelles non renouvelables et à une production importante de déchets dont on ne sait plus quoi faire.


Et si les déchets n’existaient plus ?

Dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, d’après un dicton célèbre. Mais l’homme invente des produits que la nature met des milliers d’années à dégrader donc qu’il faut éliminer. La prise de conscience des enjeux écologiques nous pousse à adopter un modèle d’économie circulaire où l’essentiel de nos consommations est récupéré pour être recyclé et réutilisé, ce qui diminue fortement notre impact environnemental. Ce système marche aujourd’hui sur certaines filières comme le verre, le papier carton mais reste quasi inexistant sur d’autres : on jette dans certains pays les téléviseurs alors qu’il suffirait de changer un petit composant pour qu’il marche encore quelques années. Mais ce changement est complexe et se fera sur le long terme. Or, les coûts engendrés à court terme, d’un point de vue monétaire (par exemple le surcoût de production implique des prix de vente plus chers) ou d’un point de vue social (comme relocaliser les productions pour éviter la dégradation du bien être social) trouvent difficilement des acheteurs. Et vous, êtes vous prêts à payer la différence ?


contact
Contact                          Plan du site                           Mentions légales                           Presse